_DSC0008

Femmes, Sport et Médiatisation

Le Lyon Basket est tout particulièrement sensible à la problématique Femmes, Sport et Médiatisation. A son échelle, le club souhaite mettre en avant (grâce à différents dossiers et interviews) les projets et actions mis en place pour améliorer la visibilité du sport féminin dans les médias.

Femmes et Sport

Environ 37% des citoyennes européennes déclarent pratiquer une activité physique et sportive au moins une fois par semaine. Un taux très proche de celui des hommes (43%). Cette féminisation de la pratique d’activités physiques et sportives est dû principalement aux évolutions sociétales et à la prise de conscience générale.

Cependant, la féminisation ne se retrouve pas forcément dans le sport de haut niveau. En France, les sportives sont environ 2 400 aux côtés de leurs 4 600 homologues masculins. C’est 2 % de plus qu’il y a dix ans. L’évolution est discrète mais visible dans certains sports, comme le football. En amont des Jeux Olympiques de Londres 2012, la Commission européenne soulignaient le fait que ces Jeux étaient les premiers où les femmes concourraient dans tous les sports en compétition. Un cap important.

Femmes, Sport et médiatisation

Pourtant, en 2012, seulement 7% des événements sportifs diffusés à la télévision française concernent des compétitions féminines (source : Etude HAVAS Sport & Entertainment / ESSEC 2013). Un chiffre qui illustre la sous-médiatisation globale du sport féminin. Pourtant, 50 % des meilleures audiences des Jeux Olympiques de Londres concernaient des épreuves féminines. Havas Sports & Entertainment et l’Essec ont mené une étude avec comme objectif d’analyser le potentiel marketing du sport féminin. Et ils en ont conclu que certaines idées reçues sur le sport féminin n’ont finalement pas lieu d’être. En effet, par exemple, 70 % des Français de 18 ans et plus trouvent le sport féminin tout aussi intéressant que le sport masculin. 64 % en regarderaient davantage s’il était plus régulièrement diffusé à la télévision.

Si en 2012 le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) déclarait que le sport féminin représentait 7 % du temps d’antenne (analyse des programmes de douze chaînes de télévision, gratuites et payantes), à la même période en 2014, ce chiffre est passé à 15 %. La Coupe du monde de rugby féminin, l’été dernier, a suscité un grand engouement médiatique. Mais cet attrait ne concerne pas que le rugby. La Fédération française de football a renouvelé son contrat avec les chaînes France 4 et Eurosport pour la diffusion des matches de D1 et de Coupe de France féminines jusqu’en 2018.