Sports et Handicap  |Handishow – Soirée caritative

 

Handishow 2018 – Soirée caritative à Lyon

Venez participer à l’événement organisé par l’association « Rêvons ensemble » avec le soutien du Lyon Basket Fauteuil.

 

QUI SOMMES-NOUS ?

Nous sommes une association loi 1901 crée en juin 2015.
Le but de RÊVONS ENSEMBLE est de changer notre regard envers les personnes différentes, comme les personnes en situation de handicap.
Changer les choses à travers un défilé de mode ou autres manifestations comme des rencontres sportives entre handis et valides.
Et dans le projet DU HANDI SHOW FRANCE, faire défiler des sportifs de haut niveau HANDIVALIDES
pour permettre aux sportifs handis de trouver des sponsors pour pouvoir continuer à avancer dans leurs carrières sportives.

ENSEMBLE NOUS POUVONS ENCORE plus changer les choses !!!!!!

Plus d’infos sur leur site internet : Handishow.fr

 

Basket Fauteuil  |Soirée découverte BASKET HANDISPORT

  

Le Comité du Rhône Handisport – Métropole de Lyon a décidé de mettre à l’honneur des sports pratiqués sur le territoire par les clubs handisport lors de soirée découverte.

Pour ce début d’année, nous voulions mettre à l’honneur le Basket Fauteuil.

Cette soirée a réuni une centaine de participants qui ont découvert cette activité sous la direction des équipes technique du club de Lyon Basket Fauteuil, du Comité du Rhône de Basket, du Club de l’ASUL basket et des étudiants de Lyon 1.

Lors de cet événement, des ateliers découverte ainsi qu’un match d’exhibition de l’équipe première de Lyon basket fauteuil étaient proposés. L’occasion pour les personnes présentes d’essayer, de regarder et d’être sensibiliser à la pratique Handisport.

 

Cette découverte a été suivi avec intérêt par un grand nombre de représentants du mouvement handisport et de leurs partenaires : Mr Christian NICOLAS,

Président de la Ligue AURA Handisport, Mr Thierry LETINOIS , Président du Comité du Rhône Handisport – Métropole de Lyon, Mr Jacques THIERRY

Président du Club de Lyon Basket Fauteuil, Mr Pierre MATHIEU du CDOS.

Nous tenons à remercier grandement Mme Thérèse RABATEL, Adjointe au Maire de Lyon, Mr Abdel ACHACHE, 1er Adjoint Lyon 3 Délégué au Sport, Mr Xavier SIMOND , Adjoint au Maire du 6ème arrondissement de LYON et Mr Franck SOLFOROSI, double Champion du Monde d’aviron et Médaille de Bronze Olympique, pour leurs implications et participations.

 

En conclusion, cette soirée a été une REUSSITE !!

Nous voulons montrer à travers ces événements que le mouvement handisport sur le territoire tend à se développer en augmentant l’offre de pratique et en permettant au plus grand nombre de venir pratiquer un ou plusieurs sports.

 

Sports et Handicap  |Le Lyon Basket Fauteuil En Quête De Reconnaissance

Le Lyon Basket Fauteuil En Quête De Reconnaissance

Le Lyon Basket Fauteuil était présent à la soirée découverte du basket fauteuil. L’occasion de découvrir une activité en manque de reconnaissance. Pensionnaire de l’élite française de la discipline, le Lyon Basket Fauteuil essaye de se faire une place au milieu des grands clubs lyonnais. Rencontre avec Lucas Demeyrier, entraîneur de l’équipe.

Quel est le but de cette soirée découverte, co-organiser par le Lyon Basket Fauteuil ?

On a une équipe engagée dans l’élite du basket français et l’objectif est de faire connaître notre pratique sportive au plus grand nombre. Egalement pour les partenaires qui sont autour du gymnase. Essayer de les sensibiliser et obtenir leurs soutiens. Le but premier est d’essayer d’attirer de nouveaux partenaires et puis faire découvrir ce que l’on fait tous les jours. On se déplace dans toute la France, avec des frais de déplacement qui sont importants. On s’entraîne tous les jours. Montrer nos possibilités de pratique. Depuis cette année, on a créé une école de basket en fauteuil pour les enfants en situation de handicap.

Quelle est l’actualité du club ?

On a un match tous les week-ends. L’année dernière, l’équipe a été sacrée championne de France de Nationale B, l’équivalent de la deuxième division. On est promu et cette saison est compliquée. On joue le maintien et on cumule pas mal de défaites. Après, l’actualité du club est assez positive avec de nombreux enfants qui nous rejoignent pour pratiquer le basket en fauteuil. On en a deux qui vont participer à des stages jeunes à potentiel, organisées par la ligue Auvergne Rhône-Alpes handisport. Cela permet aux jeunes de se développer en tant que compétiteur. L’actualité du club est rythmée par ces deux pôles.

Lucas Demeyrier : « Il faut des moyens et des conditions d’entraînement pour nos sportifs équivalents à ceux des valides »

Vous sentez que le handisport est en train de se développer ?

Cela reste assez faible, en tout cas à Lyon. On joue contre des clubs qui ont des budgets multipliés par six ou sept par rapport à nous. Pourtant, on est dans une grande ville. On joue à côté de la Part-Dieu. On a encore beaucoup de mal à être reconnu comme un pôle de compétition, notamment pour les créneaux. On fait de notre mieux, mais on arrivera jamais à avoir le poids d’une association valide.

C’est l’image de l’handisport qui fait que les partenaires sont réticents ?

(c) Lyon Actu Sport

Je pense qu’ils n’ont pas encore l’image d’une pratique compétitive de haut-niveau dans le handisport. On n’a aucune difficulté à se dire l’OL, l’ASVEL ou le LOU font du sport haut-niveau. Par contre, faire du sport à haut-niveau dans le handisport, pour beaucoup de personnes, cela a peut-être moins de valeur. C’est aussi le but de la soirée : montrer au public que c’est une réelle pratique sportive.

Est-ce que vous arrivez à toucher un public extérieur au handisport ?

Oui, aujourd’hui, on a du monde et beaucoup de valides donc on voit que les gens sont réceptifs à venir découvrir de nouvelles choses. Puis on s’aperçoit que les personnes en situation de handicap se débrouillent mieux que les valides. C’est aussi prendre conscience que la situation de handicap n’est pas restrictive dans la vie de tous les jours, au-delà de la pratique sportive.

Comment s’articule l’entraînement quotidien d’un athlète handisport ?

Il s’entraîne tous les jours, sauf le lundi. Il suit une préparation physique importante. On a des internationaux au sein du club, notamment Oumy Fall, internationale française. On est vraiment sur une pratique compétitive, concernant notre équipe compétition.

 

Les Jeux paralympiques permettent de médiatiser le handisport ?

On l’espère. On va le voir prochainement avec les Jeux paralympiques d’hiver de Pyeongchang qui ne nous concernent pas directement, mais on va voir la médiatisation autour de cet événement. On espère que ça ne fera que grandir. En 2016, à Rio, il y a déjà eu un énorme travail de fait par France Télévisions et on souhaite que cela va continuer pour cet hiver et Tokyo, en 2020.

Et Paris 2024

Oui, avec Paris en ligne de mire. On espère que cela va booster la pratique du handisport, mais on n’a pas de certitude sur des augmentations de budget. Chaque nation, après avoir organisé des Jeux olympiques et paralympiques, a vu leurs nombres de médailles augmenter. Par exemple, le Brésil qui était un pays qui ne pratiquait pas le handisport plus que cela, et qui a obtenu des résultats plus qu’honorables. Egalement l’Angleterre avec Londres. On espère que cela fera pareil pour la France, mais pour cela il faut des moyens et des conditions d’entraînement pour nos sportifs équivalents à ceux des valides.

Suivez l’actualité du Lyon Basket Fauteuil sur son site internet et sa page Facebook

Sports et Handicap  |A La Découverte Du Basket Fauteuil

A La Découverte Du Basket Fauteuil

Le jeudi 15 février 2018, le Comité du Rhône Handisport – Métropole de Lyon et le Lyon Basket Fauteuil organisaient une soirée découverte Basket Fauteuil. L’occasion de découvrir une discipline méconnue du grand public. Présent sur place, Lyon Actu Sport a rencontré Anthony Declerieux, conseiller technique pour le Rhône Handisport.

A côté de la Part-Dieu, la Halle des Sports accueillait une soirée découverte Basket Fauteuil. Une manifestation avec plusieurs objectifs : « Tout d’abord, montrer à quoi ressemble le basket pour les personnes en situation de handicap. Ensuite, sensibiliser les personnes à la pratique du sport en situation de handicap », explique le conseiller technique pour le Rhône Handisport.

Pour se faire, plusieurs ateliers sont mis en place et un match exhibition du Lyon Basket Fauteuil, équipe de première division, est programmé. Le club lyonnais est un des deux clubs présents dans le Rhône. « Au niveau du Rhône, on a deux clubs affiliés à nous. Le Lyon Basket Fauteuil, qui joue au plus haut niveau national. Le Handisport Lyonnais qui joue en Nationale 3, la troisième division », énumère Anthony Declerieux.

Communiquer sur la discipline

Preuve que c’est un sport qui est praticable dans le Rhône, qui se pratique depuis des années et qui tend à se développer. Le dirigeant rhodanien déclare : « Le Lyon Basket Fauteuil a mis en place une école de sport, qui encadre des jeunes de sept à quinze ans sur une pratique spécifique. Ils s’entraînent les jeudi soir à la Halle des Sports, près de la Part-Dieu. C’est un sport qui commence à se développer ».

(c) Lyon Actu Sport

Le Rhône reste un département avec l’une des plus importante offre de pratique. « On a vingt-sept clubs et trente sports qui sont praticables dans le Rhône. A travers ce genre de soirée, on veut communiquer. Montrer ce qu’il se passe dans le Rhône, et savoir que si on a envie de pratiquer un sport collectif en situation de handicap, c’est possible sur le département », dit Anthony Declerieux.

Au niveau régional, l’Auvergne Rhône-Alpes est une des plus fortes régions avec l’Ile de France. Le conseiller technique détaille : « Au niveau des actions de sensibilisation auprès des jeunes, on est un département et une région qui multiplie les actions et qui tend à être l’une des premières régions de France. On essaye d’attirer plus de public, parce qu’on a des éducateurs qui sont diplômés, on a des clubs structurés, des offres de pratiques intéressantes et des gymnases adaptées. »

Avec ces actions, le handisport essaye d’attirer un nouveau public. Il existe aucune différence avec le basket valide. « On veut pratiquer le basket. On appelle un club et on vient. Le club possède des fauteuils spécifiques. C’est un fauteuil qui est prêté par le club. Après, on fait son entrainement comme tout le monde », continue le responsable lyonnais.

L’une des problématiques est le coût du matériel. Anthony Declerieux ne s’en cache pas : « le matériel coûte cher, parce que c’est du matériel spécifique. Les fauteuils coûtent des milliers d’euros. En tant que comité départemental, on essaye de mettre à disposition des fauteuils pour que les personnes qui viennent puissent avoir des fauteuils adaptés à la pratique ».

Pour le reste, la pratique reste la même : même terrain, même hauteur de panier et mêmes lignes. Un athlète en situation de handicap reste un athlète de haut-niveau. Du côté de l’entraînement, l’objectif reste le même : faire progresser le sportif. En attendant que la discipline évolue, elle aussi.

Basket Fauteuil  |Le handicap et ses croyances | Grace Wembolua | TEDxBordeaux

Le handicap et ses croyances | Grace Wembolua

Grace Wembolua, 21 ans, est une basketteuse internationale française qui a fait ses classes au pôle France de Talence durant 4 ans. Elle a défendu les couleurs de la France à Rio en 2016… En fauteuil roulant. Elle est membre de l’équipe de France de Handibasket Féminine et de l’équipe de France espoir de handibasket.

Et pourtant au quotidien, personne ne soupçonne qu’elle marche grâce à des prothèses, au point qu’elle doit parfois faire le “coming-out” de son handicap. Alors, où se nichent nos préjugés sur le handicap ?