Formation  |Journée de détection au Centre de Formation !

recrutement-cdf-2017-site

Notre politique au Lyon Basket est d’avoir un excellent Centre de formation, modèle de haut niveau dans notre agglomération et notre région. L’état d’esprit et l’implication sont primordiaux pour la réussite du projet de la joueuse au sein de notre structure. En tant que Centre de formation agrée, nous souhaitons que la joueuse puisse évoluer, progresser, se construire, gagner des titres et accéder au plus haut niveau (niveau professionnel et équipe nationale). Nous aspirons à travailler avec des joueuses aux profils différents et complémentaires, qui ont toutes la capacité de mener de front le double projet, basket et études.

Le Centre de Formation du Lyon Basket recrute pour la saison 2017/2018 des joueuses nées en 1998, 1999, 2000, 2001 et 2002, pour ses équipes U18 Élite et Espoirs. Une journée de détection aura lieu le mercredi 1er mars au gymnase Mado Bonnet.

  • 13h00 : accueil, inscription
  • 13h30 – 18h30 : entraînement, évaluations, tests, entretiens
  • 18h30 – 19h30 : présentation du Centre de formation
  • 20h00 : Demi-finale de Coupe de France entre le Lyon Basket et les Flammes Carolo de Charleville-Mézières

Pour participer à la journée de détection, merci de bien vouloir nous adresser votre dossier :

  • CV scolaire et sportif
  • Lettre de motivation
  • Bulletins scolaires de l’année 2015/16 et 2016/17
  • Merci de préciser si vous souhaitez assister au match de l’équipe professionnelle

Email ➡ fredberger32@gmail.com

Si vous souhaitez avoir plus de renseignements, merci de contacter le responsable du Centre de formation, Frédéric Berger : 06.17.24.82.51

Présentation du Centre de formation

Le Centre de formation du Lyon Basket existe depuis la montée de l’équipe première en Ligue Féminine, en 2011. Agréé deux ans plus tard, la responsabilité du Centre de formation, composé de l’équipe Espoirs et de l’équipe U18 France, est confiée depuis à Frédéric Berger. Le Centre de formation lyonnais est engagé cette saison dans différentes compétitions. Les Espoirs disputent le championnat NF2 en parallèle au championnat Espoir. Les Lionnes ont aussi disputé le Trophée Coupe de France après avoir remporté la Coupe de la Ligue du Lyonnais le 18 décembre dernier face à l’ASV Villeurbanne (Nationale 1). L’équipe U18 du coach Corentin Mahé s’est qualifiée pour le Groupe A en deuxième phase du championnat Élite. Actuellement première de son groupe, l’équipe est toujours en course pour défendre son titre de champion de France 2016. Le groupe U17 s’est quant à lui qualifié pour les 1/8 de finale de Coupe de France.

Palmarès du Centre de formation

2013 – 2014 : Vainqueur de la Coupe de France U17 – Champion de France U17 – Champion de France Espoir

2014 – 2015 : Vainqueur de la Coupe de France U17 – Champion de France Espoir

2015 – 2016 : Champion de France U18

Équipe Pro  |CDF – Une demi-finale à la clé

PRO ANNONCE GAME CDF 34

Les Lionnes affrontent ce jeudi à 20 heures l’UFAB en quart de finale de la Coupe de France, deux semaines après le match retour en championnat, remporté par les Lyonnaises à Angers (68-79).

Les Lionnes

Les Lionnes n’ont rien pu faire pour stopper la machine normande la semaine dernière à Mado Bonnet (défaite face à Mondeville 59-76). Elles retrouvent ce jeudi Angers, équipe rencontrée il y a deux semaines, aussi à l’Arena Loire de Trélazé. L’équipe d’Étienne Faye s’était alors imposée 68-79 grâce à un dernier quart temps de feu (29-05). Une victoire contre un adversaire direct au classement qui avait mis du baume au cœur aux Lionnes et à leurs supporters. Charge aux joueuses lyonnaises de réitérer la même performance pour décrocher une demi-finale de Coupe de France et faire un pas de plus vers la finale à l’Accor Hotels Arena programmé le 22 avril prochain. Les Lionnes pourraient ainsi se rappeler au bon souvenir de l’histoire du club, le FC Lyon ayant remporté la Coupe de France en 1960 face au Paris UC (40-35) alors que les U17 du Centre de formation ont récemment soulevé deux fois la Coupe (en 2014 et en 2015).

L’adversaire : Angers

En s’inclinant à domicile face aux Lionnes, Angers se retrouve dans une situation délicate par rapport aux enjeux de fin de saison en championnat. Comme pour Lyon, la Coupe de France permet à l’équipe angevine d’oublier le temps d’une rencontre la pression en LFB. Après s’être imposées en huitième de finale face à Nice (57-52), Lizanne Murphy (10,9 points, 6,7 rebonds de moyenne en championnat) and co sont aujourd’hui candidates pour une demi-finale de Coupe de France. Une parenthèse, qui pour ces compétitrices dans l’âme, permet de se concentrer sur un autre enjeu majeur, avec en ligne de mire la finale à Paris.

Texte : Lyon Basket
Crédit photo : Lyon Basket

Formation  |2017 – 2018 : Rejoignez le Centre de Formation !

recrutement-cdf-2017-site

Notre politique au Lyon Basket est d’avoir un excellent Centre de formation, modèle de haut niveau dans notre agglomération et notre région. L’état d’esprit et l’implication sont primordiaux pour la réussite du projet de la joueuse au sein de notre structure. En tant que Centre de formation agrée, nous souhaitons que la joueuse puisse évoluer, progresser, se construire, gagner des titres et accéder au plus haut niveau (niveau professionnel et équipe nationale). Nous aspirons à travailler avec des joueuses aux profils différents et complémentaires, qui ont toutes la capacité de mener de front le double projet, basket et études.

Le Centre de Formation du Lyon Basket recrute pour la saison 2017/2018 des joueuses nées en 1998, 1999, 2000, 2001 et 2002, pour ses équipes U18 Élite et Espoirs. Les joueuses intéressées peuvent d’ores et déjà adresser leur dossier au Responsable du Centre, Frédéric BergerPièces à joindre et contact

 

Le Centre de formation du Lyon Basket existe depuis la montée de l’équipe première en Ligue Féminine, en 2011. Agréé deux ans plus tard, la responsabilité du Centre de formation, composé de l’équipe Espoirs et de l’équipe U18 France, est confiée depuis à Frédéric Berger. Le Centre de formation lyonnais est engagé cette saison dans différentes compétitions. Les Espoirs disputent le championnat NF2 en parallèle au championnat Espoir. Les Lionnes se sont aussi qualifiées pour le Trophée Coupe de France après avoir remporté la Coupe de la Ligue du Lyonnais le 18 décembre dernier face à l’ASV Villeurbanne (Nationale 1). L’équipe U18 du coach Corentin Mahé s’est qualifiée pour le Groupe A en deuxième phase du championnat Élite. Actuellement première de son groupe, l’équipe est toujours en course pour défendre son titre de champion de France 2016. Le groupe U17 s’est quant à lui qualifié pour les 1/8 de finale de Coupe de France.

Équipe Pro  |CDF – Pour une place en 1/4 mais pas seulement…

pro-annonce-game-cdf-8

Coupe de France au programme ce mercredi à 20h à Mado Bonnet, avec la possibilité de se qualifier pour les quarts de finale de cette compétition. Il faudra pour cela éliminer Saint Amand Hainaut Basket et ne pas perdre l’avantage psychologique pris sur cette équipe en championnat.

Les Lionnes

La reprise en championnat samedi dernier à Montpellier a été compliquée, mais on pouvait s’y attendre. Entre un adversaire en pleine confiance et la situation délicate des Lyonnaises, la logique a été respectée. Pour se changer les idées, le Lyon Basket va se concentrer sur une autre compétition et se confronter aux résultats couperets. Mais les Lionnes devront également avoir en tête que ce résultat en Coupe de France pourrait avoir des répercutions psychologiques en championnat. Pour l’instant, le Lyon Basket reste face au Hainaut sur un résultat très positif avec la large victoire obtenue lors de la 6ème journée (90-61). Les Lyonnaises avaient fait preuve d’une adresse redoutable et avaient dominé la raquette. On espère donc que les Lionnes rendront la même copie ce mercredi pour montrer, contre ce possible adversaire direct de fin de tableau, que le Lyon Basket est toujours bien présent. Mais il se pourrait bien que les Nordistes aient retenu la leçon et la qualification pour les quarts de finale ne va pas être simple à aller chercher, même à domicile. Surtout que Carmen Guzman pourrait être sur cette rencontre laissée au repos, toujours en délicatesse avec son genou (suite à sa blessure contractée en décembre face à Basket Landes). Ce sera peut être aussi l’occasion du coté lyonnais de voir un banc élargi avec certaines jeunes joueuses qui pourraient apporter leur fougue et leur fraîcheur par séquences. Et nous espérons que les Lionnes seront poussées par un public nombreux, l’entrée étant libre pour tous ce mercredi, pour fêter ensemble la nouvelle année avec ce premier match à domicile de 2017.

L’adversaire : Saint Amand Hainaut Basket

Depuis son revers à Lyon en championnat, le SAHB semble sur une nouvelle dynamique. Avec quatre victoires en 12 rencontres de championnat, toutes à domicile, les Hennuyères devancent les Lyonnaises au classement LFB avec un match en moins. Capables du très bien comme battre Lattes Montpellier, elles peuvent aussi prendre de gros écarts comme à Lyon (-29) ou face à Villeneuve d’Ascq (-47). Quel visage du Hainaut verrons-nous ce mercredi à Mado Bonnet ? Une équipe certainement revancharde en tout cas, et qui, même si la Coupe de France n’est pas l’objectif principal, voudra démontrer que la bataille du bas de classement commence dès maintenant.

L’avis d’Étienne

« On va le jouer à fond, comme un match de championnat. Notre seule incertitude concerne Carmen, qui n’est pas à 100%. On ne prendra pas de risque sur ce match si elle a besoin de temps pour revenir à son niveau. On doit continuer à travailler sur les automatismes, reprendre confiance. On va jouer contre un adversaire direct que l’on risque de retrouver en playdowns. J’espère que l’on retrouvera de l’adresse, et l’alternance jeu intérieur/extérieur. Il faut que l’on remette en place une certains assise défensive, retrouver certaines valeurs défensives qui nous ont manqué contre Lattes Montpellier. »

Entrée libre pour tous

Rencontre à suivre avec Call4Sport

Texte : Fred Monnot
Crédit photo : Lyon Basket

Équipe Pro  |Entrée libre pour la Coupe de France !

promo-billetterie-cdf

Le Lyon Basket vous invite à fêter la nouvelle année à Mado Bonnet en assistant gratuitement à la rencontre de Coupe de France des Lionnes face à Saint-Amand Hainaut Basket. Rendez-vous le mercredi 11 janvier (coup d’envoi à 20 heures) pour supporter les joueuses d’Étienne Faye en 8ème de finale !

Les Lionnes affrontent le Hainaut en 8ème de finale de la Coupe de France. Les deux équipes se sont opposées une première fois cette saison le 4 novembre dernier, pour la sixième journée du championnat LFB. Les Lionnes s’étaient brillamment imposées 90 à 61, grâce notamment à une adresse redoutable à longue distance. Mais la vigilance est de mise car le SAHB a réalisé une très bonne fin d’année 2016 avec trois victoires pour une seule défaite. L’équipe de Fabrice Fernandes a ainsi gagné face à deux concurrents directs, Angers et Tarbes, et décroché un joker avec une victoire de prestige face au champion de France en titre, Lattes Montpellier.

Au tour précédant de la Coupe de France Joe Jaunay, les Lionnes s’étaient imposées face à Montbrison (67-76) alors que le Hainaut a décroché son ticket pour les 8èmes de finale face à Reims (59-61).

Formation  |La préparation des Lionnes du Centre de Formation

IMG_3033 870X500

Le Centre de formation continue sa préparation avec une série de matchs amicaux pour l’équipe U18 et les Espoirs (NF2). A noter notamment dans vos agendas : les cinq rencontres disputées à domicile pour (re)prendre vos marques à Mado Bonnet !

  • Mercredi 31 août à domicile (Salle Mado Bonnet)

Adversaires : Villeurbanne (U20) face aux U18 et Vénissieux (NF3) face aux Espoirs

Horaires : 17h00 et 19h30

  • Samedi 03 septembre et dimanche 04 septembre à Dijon (Gymnase Epirey)

Adversaires : CSL Dijon (Pré-nationale) face aux U18 et CSL Dijon (NF2) face aux Espoirs

Horaires : à définir

  • Mercredi 07 septembre à domicile (Salle Mado Bonnet)

Adversaires : Elan Chalon (U18) face aux U18 et Tullins (NF3) face aux Espoirs

Horaires : 17h30 et 20h00

  • Samedi 10 septembre à Saint Quentin Fallavier (Salle du Loup)

Adversaires : CTC Confluence (U18) face aux U18 et Caluire (NF2) face aux Espoirs

Horaires : 14h00 et 15h45

  • Dimanche 11 septembre à Belleville (Gymnase Philippe Gardant)

Adversaires : St Genis Oullins Ste Foy Féminin (RF3) face aux U18 et St Genis Oullins Ste Foy Féminin (RF2) face aux Espoirs

Horaires : 13h30 et 15h30

  • Mardi 13 septembre à Villeurbanne (Gymnase De Barros)

Adversaire : Villeurbanne (NF1) face aux Espoirs

Horaire : 18h30

  • Mercredi 14 septembre à domicile (Salle Mado Bonnet)

Adversaire : Saint-Symphorien-d’Ozon (NF3) face aux U18

Horaire : 19h30

  • Vendredi 16 septembre à Saint-Chamond (Complexe Sportif André Boulloche)

Adversaire : Saint-Chamond face aux Espoirs

Horaire : 19h00

 

Crédit photo : Claire Porcher / Lyon Basket

 

Équipe Pro  |Fabrice Nocera : « Des moments impossibles à banaliser »

FABRICE LYON BASKET BOSI-FFBB 870500

Notre ostéopathe Fabrice Nocera est notre ambassadeur lyonnais aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro. Sur le pont avec l’équipe de France féminine depuis le début de la campagne 2016, Fabrice a pris le temps de répondre à nos questions entre la fin de préparation aux États-Unis et son arrivée à Rio.

Comment s’est déroulé cette préparation avec l’équipe de France ?

En premier lieu, je ferai une réponse de membre du staff médical : la préparation s’est bien déroulée puisque aucune joueuse n’est blessée et que toutes sont à la disposition de la coach (*). Ensuite, avoir participé à la tournée aux États-Unis est une chance extraordinaire. Je crois que le Président Siutat nous a dit que la dernière datait de… 27 ans ! Et l’ambiance du groupe France est très positive, aussi bien pour les staffs que chez les joueuses, ce qui rend le quotidien agréable et l’implication évidente.

Avec le Tournoi de Qualification Olympique à Nantes, nouvelle compétition organisée en France, as-tu retrouvé la même effervescence que lors de l’EuroBasket 2013 ?

Le TQO à Nantes s’est bien déroulé puisque la qualification à été obtenue. Ce qui est le principal. Nous avons été très bien accueillis et tout a été mis en place pour nous mettre dans les meilleures conditions de travail et de préparation. J’ai eu la chance de vivre toute la campagne de 2013, qui reste un cran au dessus en matière d’ambiance dans les salles. Mais c’est tout à fait compréhensible : on était juste après la médaille d’argent des Jeux de Londres et c’était un championnat d’Europe à domicile. Mais le soutien du public à Nantes était magnifique et la joie de tout le groupe était à la mesure de ce qu’on était venu chercher : la qualification pour les Jeux !

20160731_012231 L’équipe de France a terminé sa préparation aux États-Unis. C’est un déplacement particulier, avec notamment ce match au mythique Madison Square Garden ?

On apprend tous les jours, et en particulier de ses voyages. Mais voyager aux États-Unis, c’est spécial. On croit si bien les connaître… et à l’arrivée, on est quand même surpris encore et toujours de leur pragmatisme et de leur goût du challenge et de la performance. Les universités américaines où nous avons joué et où nous nous sommes entraînés sont caractéristiques de tout cela. Faire partie de l’élite, ça se mérite ! New-York et le Madison Square Garden, c’est un autre genre de folie. La ville qui ne dort jamais ! Il ne faut pas se laisser distraire ou écraser par le mythe. Revenir à New York et le faire avec l’équipe de France, ça a vraiment été un très grand plaisir !

Ton été a été chargé avec la campagne des Bleues, comment te sens-tu quelques jours avant les Jeux ?

J’aurai été le seul membre du staff médical à faire toute la campagne. Du 15 mai au 22 août… Environ ! On ne doit pas être loin des 100 jours ! Chaque médecin ou kinésithérapeute s’est impliqué à fond. C’est comme un joueur qui sort du banc, il apporte son savoir à l’équipe. Et ceux qui étaient en place au stage précédant font tout pour faciliter l’intégration : la transmission des informations dans un staff médical, c’est aussi important que la transmission de la balle sur le terrain. Et moi, sur ce terrain, j’aime ce rôle de passeur. On est en ordre de marche pour Rio.

Les Jeux Olympiques, cela reste une compétition à part. Qu’est-ce qui, selon toi, fait la magie des Jeux ?

Il y a des moments impossibles à banaliser. Je dois avoir déjà chanté 100 fois la Marseillaise, et à chaque fois c’est une émotion digne de la première.

Pour moi, rien n’est jamais banal dans un séjour avec l’équipe de France. Je ne suis pas atteint par la routine. Jamais. Déjà, chaque pathologie est différente, chaque sportive est singulière et doit être considérée comme telle. Ensuite, il y a des moments impossibles à banaliser. Je dois avoir déjà chanté 100 fois la Marseillaise, et à chaque fois c’est une émotion digne de la première. Alors les Jeux, les filles qui les ont déjà joués disent que c’est le top, qu’il n’y a rien au-dessus. Et je veux bien les croire ! On a tous et toutes très envie d’y être. Mais pas seulement pour participer. Comme le dit très bien Valérie Garnier : « Ce ne sera un bon souvenir que si on est performantes » !

Comptes-tu te rapprocher des autres sportifs/staffs et d’aller voir, dans la mesure du possible, d’autres compétitions ?

Je me réjouis d’être à Rio avec l’équipe. C’est la première fois que l’équipe de France féminine a son staff au complet à l’image de l’équipe masculine. Je sais que c’est un effort significatif de la Fédération. Un effort et surtout une volonté ! Ça me ferait plaisir de rencontrer des collègues d’autres staffs ou l’équipe médicale du CNOSF. Cela se fera tout naturellement. Pour voir des compétitions, on avisera sur place. Mais ne nous trompons pas d’objectif. Le programme du basket est très chargé avec cinq matchs de poule pour commencer en une dizaine de jours. Je reviendrai à Rio en visiteur. C’est d’ailleurs l’un de mes projets depuis quelques années, une sorte de promesse !

Je dirai bonjour à Rio de la part du Lyon Basket dont quelque part je serai l’ ambassadeur !

 

*entretien réalisé avant la blessure de Céline Dumerc, forfait pour les Jeux et remplacée par Amel Bouderra

Crédit photo : Kevin Bosi/FFBB

Formation  |Les calendriers du Centre de formation

ffbb

La Commission Fédérale Sportive a dévoilé les calendriers des Championnats de France pour la saison 2016-2017. Nous connaissons donc les (premiers) adversaires des jeunes Lionnes du Centre de formation dans leurs catégories NF2 (Espoir) et U18 Élite.

Pour pouvez d’ores et déjà noter les premiers rendez-vous des joueuses de Fred Berger et Corentin Mahé. Les Espoirs commenceront leur championnat NF2 par une opposition à domicile face aux voisines de Caluire-et-Cuire le samedi 24 septembre (20 heures). Les U18 Élite se déplaceront le lendemain à Chalon-sur-Saône (15h30).

A noter que la réunion d’harmonisation des calendriers LFB et des équipes Espoirs LFB ayant lieu le dimanche 31 juillet 2016, des modifications sont à prévoir pour les rencontres contre des équipes Espoirs LFB, notamment en Nationale Féminine 2.

ESPOIR – NF2 (Poule A)

  • FC Lyon – Espoir
  • Creusot Élan Chalon Féminin 71
  • Monaco Basket Association
  • Stade Marseillais UC
  • Annemasse Basket Club
  • Stade Laurentin Basket
  • AL Caluire-et-Cuire
  • St Chamond Basket Vallée du Gier
  • Martigues Sports
  • Cavigal Nice Basket 06 – Espoir
  • AS Monaco Basket
  • Basket Lattes Montpellier Méditerranée Métropole Association – Espoir

CALENDRIER

U18 ÉLITE (Poule H)

  • BB Cournon d’Auvergne
  • Creusot Élan Chalon Féminin 71
  • Chalon-sur-Saône Basket Club
  • FC Lyon
  • Roannais Basket Féminin
  • Charnay Basket Bourgogne Sud

CALENDRIER

Formation  |U17F : Début du Mondial pour les Bleues

U17F VISUEL

Nos championnes de France U18 2016, Coline Franchelin et Carla M’Baye, commencent ce mercredi le Mondial U17 avec l’équipe de France.

Les Bleuettes de Cathy Melain attaquent aujourd’hui leur Mondial espagnol. Les États-Unis sont favorites de la compétition après avoir remporté les trois éditions, en 2010, 2012 et 2014. Le meilleur résultat de l’équipe de France date de 2010. Les Bleuettes avaient alors décroché la médaille d’argent mondiale, s’inclinant face donc aux États-Unis (62-92). L’équipe était composée alors des Lionnes Esther Niamke et Christelle Diallo ainsi que les anciennes Lyonnaises Sara Chevaugeon et Margaux Galliou-Loko.

 

CHAMPIONNAT DU MONDE U17F

  • Du 22 juin au 02 juillet
  • A Saragosse (Espagne)
  • Calendrier

 

PROGRAMME DE L’ÉQUIPE DE FRANCE

Mercredi 22 juin (16h00) : France vs Chine (Tour préliminaire – Groupe B)

Jeudi 23 juin ( 13h45) : France vs Mexique (Tour préliminaire – Groupe B)

Samedi 25 juin (12h00) : France vs Australie (Tour préliminaire – Groupe B)

Lundi 27 juin : 1/8 de finale (éventuel)

Mardi 28 juin : Match de classement (éventuel)

Mercredi 29 juin : Quart de finale ou match de classement (éventuel)

Jeudi 30 juin : Match de classement (éventuel)

Vendredi 01 juillet : Demi-finale ou match de classement (éventuel)

Samedi 02 juillet : Finale ou match de classement (éventuel)

 

 

Crédit visuel : www.fiba.com

Formation  |Grand(e)s Espoirs

12374958_10153514634617795_5538785833506494150_oMOD

Après la défaite des Lionnes samedi dernier à Nantes (51-61) en finale du championnat de France Espoir, une page se tourne. Une fin de saison 2015/2016 pour l’équipe et une fin de parcours au sein de la structure pour les joueuses qui n’évolueront plus dans le Centre de formation lyonnais. Retour lucide avec Fred Berger sur une aventure riche en émotions.

Nantes. Samedi 7 mai 2016.

13113138_10153859838482795_1269573047_oAu buzzer final, des mines déconfites, comme à Talence après la demi-finale perdue en Coupe de France U17. La colère, la déception, les larmes, le silence d’un public si bruyant d’habitude détonnent face au bonheur, au soulagement, aux larmes et aux cris de joie de cette belle équipe des mini-Déferlantes, championne de France Espoirs qui évoluera donc en Nationale 1 en 2016/2017. On ne va pas se mentir : on avait perdu l’habitude à Lyon de n’être que spectateurs plutôt qu’acteurs de ces moments de liesse.

Une sale habitude qui a fait perdre de vue l’essentiel. « On s’est toujours focalisé sur la manière de faire les choses, notre style de jeu, notre équipe, notre état d’esprit, notre implication et notre projet. Et pas sur le résultat final », explique le responsable du Centre de formation. « La réussite sportive des années précédentes a pris le pas sur la manière de jouer, de se comporter. Ce qui était un peu le cas à Talence. Nous n’avons pas été suffisamment dans la volonté de mettre en place quelque chose, de proposer du contenu. Nous étions plus dans une volonté de résultat. »

Un grand enjeu

Les exemples sont infinis. Les champions NBA en titre, les équipes de France favorites à domicile… L’échec reste toujours une possibilité dans le sport. « On ne peut absolument pas en vouloir à qui que ce soit », explique Fred Berger. « Je pense que les filles ont fait tout ce qu’elles ont pu. Dans la combativité, dans la volonté de prendre des rebonds, d’exploiter les uns contre uns, de tirer, attaquer, aller au panier… Individuellement, on a tout fait pour avoir le meilleur résultat possible. » C’est peut-être collectivement que le groupe a pris une mauvaise direction. « On s’est perdu collectivement. Nous n’avons pas mis les meilleurs moyens en place pour pouvoir réussir. »

A Mangin Beaulieu, les mini-Déferlantes jouent le premier Final Four de leur histoire. A la maison, le groupe est bien dans le rythme collectivement, ne se pose aucune question. Un air de déjà vu pour le coach lyonnais : « Nous, il y a deux saisons ! » Nantes a réussi à transformer une dynamique IMG_9894modéreintante mais stimulante (après deux victoires en deux jours dans le Final Four) en moment de gloire. De leur côté, les Lionnes ont, selon Fred Berger, « réussi à perdre ». « On laisse trop de place au doute. Trop d’enjeu. »

Oui, l’enjeu était grand samedi. Les Lionnes voulaient conserver ce titre, garder cette place en Nationale 1. Et l’envie était encore plus grande pour les joueuses sortant du Centre de formation. « Je crois que c’est aussi l’une des raisons de la défaite : le fait que des joueuses sortent du Centre de formation, avec la détermination de vouloir absolument être bonnes individuellement, et gagner pour laisser un patrimoine aux joueuses qui jouaient cette année et qui joueront en Espoir l’année prochaine. »

Être meilleur demain

Le Centre de formation lyonnais a perdu ses deux couronnes en Coupe de France U17 et en championnat Espoir. Mais si les défaites sont amères, c’est aussi parce que Lyon a souvent connu le goût sucré de la victoire. Les joueuses quittant la structure laissent en héritage cinq trophées en deux ans (2014 et 2015). Ces titres « bonus », empreints d’émotions, font partie de l’histoire du Centre de formation. Mais l’histoire continue car une défaite n’est pas l’épilogue d’un projet mais plutôt une source d’inspiration pour apprendre et avancer. « Il faut maintenant tirer les leçons, individuelles et collectives. Mais le projet du Centre de formation continue, et doit encore évoluer. J’ai juste envie d’être meilleur demain. Pour moi, cela représente de nouveaux challenges, de nouveaux objectifs, avec de nouvelles intentions. Il faut trouver dans cette aventure du positif pour faire avancer le projet. Il faut probablement en passer par là. C’est l’association de plein de choses qui nous a menés là. Mais le hasard, je n’y crois pas. »

Il faut maintenant tirer les leçons, individuelles et collectives. Le projet du Centre de formation continue, et doit encore évoluer. Pour moi, cela représente de nouveaux challenges, de nouveaux objectifs, avec de nouvelles intentions.

Première leçon. Le Centre de formation est en course pour le titre de champion de France U18, disputé ce weekend (14-15 mai à Roquebrune Cap Martin). Évidemment, l’esprit de compétition est intacte, mais l’essentiel n’est pas là. N’est plus là. « Aujourd’hui,  je n’ai plus envie de parler de résultats, car je pense que cela nous a perdu. On s’est trop focalisé là-dessus. Moi le premier. Les résultats ont été notre cheval de bataille pendant les saisons précédentes. Mais ces résultats n’arrivent pas par hasard. Ils sont faits de ce qu’on produit en match et aux entrainements. » Peu importe le résultat des U18, le responsable espère que le groupe « prenne du plaisir pendant le match », déçu parce qu’à Nantes, le groupe ne s’est pas « éclaté ». « J’ai plutôt la volonté d’avoir autour de moi des joueuses heureuses d’être sur le terrain, des spectateurs heureux d’être là. Des supporters qui sont derrière toi, qui viennent nous encourager, qui investissent financièrement sur le déplacement et qui repartent la gueule enfarinée parce qu’on a perdu, mais aussi parce qu’on a été moyen sur le terrain, c’est une grande déception. » « On peut finir quatrième ce weekend, mais ce qui est certain, c’est qu’on ne finira pas quatrième de n’importe quelle manière. Évidemment, on va tout faire pour prendre tous les matches. Mais il va vraiment falloir que tout le monde, et moi le premier, soit déterminé à passer un bon moment de basket. C’est mon seul et unique objectif. »

La famille lyonnaise

L’histoire du Centre de formation continuera à s’écrire à Roquebrune, la saison prochaine et les suivantes. Avec son lot d’incertitudes propres au sport. Quelques certitudes pourtant : les leçons d’hier et d’aujourd’hui et les valeurs du Centre. Mais aussi la certitude du vide laissé par le départ de joueuses. Des Lionnes qui n’évolueront plus dans les robes lyonnaises aux côtés de leur bande de copines qui sortait les griffes – avec maturité et fierté – face à de féroces équipes NF1, mais sous d’autres maillots, qu’ils soient universitaires, bleus ou de toutes autres couleurs. Et le responsable du Centre de formation a forcément une pensée pour elles : « On ne peut que leur souhaiter une bonne continuation. En 13199314_10153859838932795_1367418066_oaucun cas ce match ternira tout ce qui a pu se passer jusque-là. Je préfère garder tous les bons souvenirs et aussi, par conséquent, les bons résultats. Parce qu’il y a eu de très bons résultats au-delà peut être de nos espérances. Le Centre est assez récent et a été en haut de l’affiche très vite et très tôt. J’espère que les treize joueuses qui ont été là ressortiront un peu grandies et meilleures. Ces matchs-là, il y en aura d’autres. Il faudra juste se rappeler de celui-ci. On n’a pas réussi à atteindre notre objectif, et il faudra se rappeler de quelle clé il nous a manqué pour réussir. Je veux féliciter nos joueuses Espoirs sortantes et encourager nos futures Espoirs pour ce nouveau départ, avec la ferme intention de reconquérir ce qu’on a pu oublier à Nantes. »

Même si elles resteront à tout jamais des membres de la famille, certaines joueuses vont quitter le nid. Un envol inéluctable qui va les mener, sans doute possible, vers de belles destinées. La structure de ce nid familial, force du Centre de formation, est solidement composé de pièces maitresses qu’a souhaité remercier Fred Berger pour avoir permis aux Espoirs d’évoluer dans les meilleures conditions possibles : les dirigeants, le staff technique avec Corentin et Louis, le staff médical avec Jérôme et Christian, les inconditionnels de tous les déplacements avec notamment Jérôme, Christian et John.

Nantes. Samedi 7 mai 2016.

Un proverbe dit : « Quand tout va bien on peut compter sur les autres, quand tout va mal on ne peut compter que sur sa famille. » C’est en famille que les joueuses Espoirs ont joué leur dernier match de la saison. Après une défaite douloureuse, trouver les bons mots est une tâche complexe, mais la présence est essentielle. Les coachs d’hier et d’aujourd’hui, les supporters, familles et amis, mais aussi les joueuses adverses sont allés consoler les Lionnes à la fin de la rencontre. Toute cette famille basket respecte le travail, la passion, l’abnégation et l’investissement de ces joueuses. De nouveaux challenges attendent les joueuses Espoirs restant ou quittant le Centre de formation. Et les bons souvenirs resteront… Effaçant bientôt le souvenir de ce dernier buzzer final.

 

Crédit photo : Jérôme Le Bris